top of page
Livre de pâtisserie Recettes de pâtisserie Apprentissage pâtissier Livre de cuisine pour robot pâtissier Maître pâtissier Devenir maître pâtissier

A PROPOS

DE NICOLAS

Sucré Sens a été fondé par Nicolas Champaud, Maître Pâtissier Chocolatier qui propose une préparation aux concours de pâtissier pour les adultes en reconversion professionnelle et les apprentis ainsi que Consultant pour les professionnels de l'hôtellerie et de la restauration. Aussi, Nicolas vous propose des livres de recettes de pâtisserie en ligne téléchargeables à reproduire à la maison.

photo portrait nicolas.png

 chaque moment, je pense à ma grand-mère Marcelle qui pour moi a été un maillon essentiel et déclencheur pour ma vie professionnelle. Sans le savoir et avec bienveillance elle à déclencher en moi une passion et ce dont pourquoi j' étais fait. Aujourd’hui j' en ai fait mon métier depuis l' âge de 16 ans, j' ai hérité de sa balance en cuivre qui a servi à peser tous ses ingrédients et j' ai hériter du livre de recette de mon arrière grand-mère qui m’a été remis par ma mère. Elles étaient les femmes du côté maternel et une lignée de femmes qui pour donner du bonheur et de l' amour aux autres faisait des gâteaux pour leur proches. C' est pour vous dire à quel point j' ai fait en sorte que

chaque recette soit réalisable dans votre cuisine afin de leur faire honneur, car c' est un devoir de transmettre aux autres ce qu' elles  m' ont transmis, pour leur mémoire et leur gentillesse à travers ces recettes. Je m' adresse ici au plus grand nombre ,à ceux qui ont le désir d' offrir leur fabrication à leur famille, amis(es), à celui ou celle avec qui vous partager votre vie, à un bon copain ou une super copine, ou à un proche qui a besoin de réconfort . Car faire un gâteau pour soit c' est bien mais en faire pour les autres c' est encore mieux, s' offrir de la douceur et l' offrir aux autres c' est certes une bonne intention mais avant tout c’est donner ce que l’on a à quelqu’un qui l’accepte et qui le veux ,c’est un don d' amour, c' est donné quelque chose de simple .Toutes ces recettes de desserts et gourmandises sont le fruit de mon enfance, et de mon parcours d' apprentissage à aujourd’hui'. Certaines recettes sont très simples à réalisées et d' autre un peu plus poussées dans la technique. Il en faut pour tous les goûts :). Alors amusez-vous, prenez du plaisir et donnez de votre temps,

 

ils vous remercieront...

 

Il court, il court, Nicolas... Le 17 Mai 1970, natif de la Roche sur Yon en Vendée, Nicolas Champaud a, déjà bouclé ses valises à bien des reprises. Au gré des affectations professionnelles de son père, il grandit en Côte d’Ivoire, en Tunisie, en Algérie. Le virus des voyages le reprend plus tard, au moment de l’appel au service militaire : il choisit alors la marine nationale. Il lui faut, pour l’intégrer, passer un brevet de maître d’hôtel. Défilent ensuite la Russie, la Turquie, l’Espagne, la Grèce, l’Italie..., un beau film qu’il aime à se repasser.

 

A 6 ans, la révélation

Ce serait une visite à l’âge de 6 ans dans une boulangerie de Mulhouse organisé par son école, qui aurait décidé de son destin professionnel. Tous ces pains au chocolat m’ont paru merveilleux. J’ai commencé alors très jeune à faire de la pâtisserie familiale ,tout d’abord pour mes parents ,mon frère et ma sœur ,je fabriquait brioches ,croissants et même le pain mais le four me posait quelques problèmes. C’est en Algérie que j’ai commencé à fabriquer mes premières meringues, gâteaux au chocolat ,madeleines ,îles flottantes .La mission de ma mère était de m’amener des courses les ingrédients nécessaire à la fabrication de tous ces desserts .Je préparais généralement les desserts pour les invités. J’allais emprunter le fouet électrique de la voisine et je payais ma dette en meringues .les copains et les copines du quartier savait systématiquement qu’il y avait des quantités suffisantes pour aller les manger en cachette. La

gourmandise avait sa place à la maison mais aussi aux alentours. Pour moi c’était un passe-temps, un jeu, je ne pensais pas en faire mon métier. Par la suite, lorsque je rendais visite à ma grand-mère, c’était des gaufres en forme de cœur, le savarin chantilly, les beignets généralement ma mission était de peser les ingrédients avec une balance en cuivre et grand-mère Marcelle veillait au grain, c’était que du bonheur sucré. Plus tard, j’aurai aimé plutôt me diriger vers la cuisine, mais mon frère aîné avait déjà fait ce choix et je voulais m’en différencier. C’est pourquoi, j’ai opté pour un CAP pâtissier et je le remercie. Là tout à commencé...

De l’apprentissage à l’installation

Aujourd’hui encore, il évoque chaleureusement son maître d’apprentissage, Charles Lhuillery installé à Cherbourg. Il m’a enseigné de très bonnes bases : tout était fait maison, et rien ne se perdait ! Il avait une autorité naturelle, j' avais un profond respect pour lui, c' était mon grand père de transmission, il approchait la retraite alors que j' avais juste 16 ans . Mme Lhuillery faisait souvent des éloges à propos de Nicolas ''depuis que nous sommes installés, nous n' avions jamais eu un apprenti comme lui, sérieux, travailleur et gentil '' disait-elle à sa mère. Il passe son CAP avec brio, il est premier de sa classe et participe au concours du meilleur apprenti de la manche il sera classé 9 -ème sur 375 élèves. En septembre 1988 il suit ses parents pour un déplacement professionnel de son père et arrive à Annecy, Nicolas cherche un travail comme jeune commis et souhaite progresser en chocolaterie, il découvre le Fidel Berger, une institution à Annecy il y reste une saison d’hiver. Par la suite pour développer ses connaissances en glacerie, il rencontre Mr Vandi du cornet D' or toujours à Annecy, un glacier réputé ou les meilleurs glaces et sorbets sont fabriquer et Nicolas travaille une saison d' été. Nicolas se spécialise au fil du temps. C’est à Lyon qu’il commence son brevet de maitrise chez Mr Pignol Meilleur ouvrier de France glacier (MOF), il découvre le prestige des cocktails de luxe, les pièces en pastillage, en sucre tiré, les banquets, mais aussi le salon professionnel du Sirha et la coupe du monde de la pâtisserie comme spectateur. Il va de découverte en découverte. L’année d’après il obtient deux modules du brevet de Maitrise. Là, il commence les cours de pratique en pâtisserie à Annonay (07) Il a comme professeur Norbert Chenevier meilleur ouvrier de France pâtissier (MOF), en parallèle il travaille chez Mr Dinger membre de l’association tradition gourmande, une association qui regroupe des maîtres pâtissiers et des meilleurs ouvriers de France de la France entière. Il participe aussi à sa première Formation de 3 jours chez Valrhona avec comme professeur Yannick Leffort. Nicolas à 24 ans, mais il ne veut pas s' arrêter là, il veut faire le plus de stages de formations possible afin de parfaire ses connaissances mais elles ont un coût et il doit économiser pour pouvoir se les offrir donc deux ans plus tard il se paie une nouvelle formation chez Valrhona et rencontre le meilleur ouvrier de France chocolatier Pascal Brunstein (MOF), c’est un pur bonheur. A 28 ans, il saute le pas. C’est à Montfavet, voisine d’Avignon, qu’il élit domicile. Il continu son apprentissage

,il entame alors un cycle de 10 formations à l' école nationale supérieur de la pâtisserie à Yssingeaux, qui irons de 3 à 5 jours j' estime qu' un professionnel doit se former tout au long de sa vie une remise en question est indispensable car nos métiers progressent très vite, nous devons faire preuve d' humilité car nous sommes au services des clients. Dans cette école prestigieuse, il y rencontre une grande partie des meilleurs ouvriers de France, il y est invité à trois reprises à venir voir les finales du concours du meilleurs ouvriers de France pâtissier. Il décide alors lui aussi de participer à différents concours, et il obtient quelques bon résultats: 1 médaille de bronze ,2 médailles d' argent , et 2 médailles d' or dans différents concours nationaux. A 30 ans il obtient l’intégralité du brevet de maîtrise en candidat libre, sa pâtisserie compte 5 salariés. C’est une course permanente, il crée avec des collègues une spécialité le ventoulet, va dans les écoles faire des animations...

 

Un nouveau pari en 2007 : La formation

Nicolas souhaite relever le défi de la formation. “Je me sens prêt à transmettre à mon tour mon expérience acquise.” Il intègre L’INBP

(l' institut national de la boulangerie pâtisserie) En parcourant la France, à la rencontre des professionnels, il ne fait que renouer

avec le temps des voyages qui ont déjà bercé une bonne partie de sa vie. Mais il ne se sent pas assez libre, il créer alors SUCRESENS, commence à proposer des formations en indépendant pour les hôtels, restaurants, boulangeries, pâtisseries. En 2010 il décide de franchir le pas et de s' inscrire au concours du meilleur ouvrier de France pâtissier. Malheureusement, il n' a pas de lieux pour faire ses essais et

tester ses desserts qu' il crée. Quelques mois avant les qualifications pour le concours, il doit alors quitter Rouen et est recruter par une école de pâtisserie Française destiné à la formation des japonais dans le val d’Oise. Là il est responsable de toute la formation pâtisserie, chocolaterie, glacerie et boulangerie, les laboratoires sont magnifiques ,les moyens sont là .Il se prépare 5 mois avant les épreuves, mais c' est un moment difficile, il manque de temps et n' as pas de coach pour le soutenir dans cette aventure. Il s' arrêtera donc aux Sélections en demi-finale. Mais il rencontre énormément de professionnels de la grande famille des grands pâtissiers, entre autres : Angelo Musa (MOF pâtissier et champion du monde), Philippe Conticini, Philippe Urraca (MOF Pâtissier), Arnaux Gautier, Bruno Pastoreli (MOF

pâtissier), Yann Brys (MOF Pâtissier), et bien d' autres.il n' en ressort que grandi par cette magnifique expérience. C’est en 2012 qu’il crée et ouvre son atelier à Eragny sur Oise (95) Sous la marque qu’il à créer « Sucrésens ». En Septembre 2014 il intègre l' association de &quot Tradition Gourmande et est recruter pour un nouveau défi à Doha, travailler pour un Hôtel 5 étoiles. Il reste 6 ans en tant qu’Exécutif Sous-chef Pâtissier à l’hôtel 5 étoiles La cigale à Doha au Qatar ou il est le bras droit de Yann Grennarat qui a longtemps travailler aux coté du célèbre pâtissier Philippe Conticini pendant 10 ans. Pour Nicolas l’admiration pour ce pâtissier est immense la boucle est bouclée. Mais le chemin ne s' arrête pas là...Actuellement Nicolas Champaud est formateur pâtissier, chocolatier, glacier à l’école EFBPA Christian Vabret

MOF Boulanger . Nicolas Champaud a écrit son premier livre de recettes « Les gâteaux de ma vie » aux éditions Brigitte Eveno en 2017.Il

prépare actuellement son autobiographie qui sortira fin 2022, puis suivrons d’autres livres de recettes sur des thèmes bien spécifique.

bottom of page